Toussaint 2020

Les messes de Toussaint des 7 et 8 novembre sont annulées…
(en raison du reconfinement)


Messe de la commémoration des fidèles défunts
lundi 2 novembre à 18H
église Saint-François
> Liturgie
> partitions

Communion : “Dieu, qui nous appelles à vivre


Lors de la fête de Toussaint et des deux semaines qui l’encadrent,
des messes ont lieu dans plusieurs églises de la paroisse,
suivies de prières au cimetière.

 

Du fait des nouvelles restrictions sanitaires du vendredi 23 octobre 2020,
prêtres ou laïcs proposent aux familles au cimetière une feuille de prières
mais ne peuvent malheureusement pas permettre aux participants de s’y rassembler…

 

> Messes de Toussaint jusqu’à lundi 2 nov.

 

> Le tableau des messes et des temps au cimetières

 

> Parole de Mgr Legrez pour La Toussaint

 

> Notre page de la messe de Toussaint
> Toussaint
par la Conférence des Évêques de France

 

Toussaint : « Nous sommes tous appelés à la sainteté »

 

Du 3 au 11 novembre 2020, la « neuvaine de l’Espérance »

 

> Toussaint au Brésil, par Dom Geraldo

 

 


Commentaire de la messe de Toussaint du 1er novembre 2020
par Karem Bustica, rédactrice en chef de Prions en Église
(réservé aux abonnés)
(www.prionseneglise.fr/textes-du-jour/commentaire)

Ici, là et à venir

Nous irons peut-être au cimetière aujourd’hui. La pandémie nous endeuille gravement et trop d’entre nous sommes contrariés pour faire nos adieux à ceux qui nous sont chers. Oui, nous sommes dans la peine, nous sommes affligés. Or, la fête de Toussaint nous tourne vers le ciel. C’est-à-dire vers la promesse d’habiter un jour le royaume de Dieu. Non pas que ce Royaume soit « au ciel », comme un endroit où on pourrait le situer géographiquement. Le « ciel » est à comprendre comme un « lieu » de révélation. Le royaume de Dieu est déjà là, ici, mais il est encore à venir. Faire mémoire de tous les saints, c’est goûter par avance à la réalisation complète de ce Royaume. Dans d’autres termes, saint Jean formule dans sa lettre cette perspective : « Quand cela sera manifesté, nous serons semblables à Dieu car nous le verrons tel qu’il est » (1 Jn 3, 2).
À son tour, avec le discours des Béatitudes, l’évangile nous invite à contempler ce royaume de Dieu, dès maintenant. Les « heureux » sont habités par une espérance : voir Dieu tel qu’il est. Ils adhèrent à une même foi : croire en Dieu et en son royaume. Les « heureux » choisissent la charité : aimer les pauvres et ceux qui souffrent, revêtir la douceur et la miséricorde, être artisans de paix et de justice…
Peut-être que nous rejoignons les « heureux » selon l’Évangile. Alors, l’espérance d’habiter un jour le royaume de Dieu est sans doute déjà notre consolation.

 


> Commentaires de Marie-Noëlle Thabut du dimanche 1er novembre 2020


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *